DashCam: Un dispositif très prisé par les automobilistes

DashCam: Un dispositif très prisé par les automobilistes

 

Ces DashCams (Caméra embarquées), sont-elles vraiment utile ? Que dit la loi ? A-t-elle un impact sur les plans d’assurance ? Éclairage…

 

Connues sous le nom de Dashcams, ces petites caméras font fureur en Asie et surtout en Russie, où elles permettent depuis des années de lutter contre la corruption policière, les fraudes à l’assurance et les délits de fuite. Certaines Dashcams sont très complètes : elles peuvent parfois enregistrer ce qui se passe sur la route. De nombreux modèles ont un écran tactile, d’autres émettent un signal sonore en cas de franchissement de ligne ou de dépassement de la vitesse autorisée. Enfin, la plupart enregistrent toutes les données liées à la conduite grâce à un accéléromètre, en y ajoutant le son capté dans l’habitacle, l’horodatage et la géolocalisation par GPS, comme le ferait une boîte noire.

 

La Dashcam, c’est une caméra fixée au tableau de bord d’une voiture. Orientée vers l’avant du véhicule, elle filme votre champ de vision. Certain l’utilise pour revoir leur trajet et admirer le paysage, alors que d’autres, le font comme mesure de sécurité, vu le fort taux d’accidents sur nos routes.

À Maurice, les utilisateurs de la DashCam ont pu partager des vidéos sur les réseaux sociaux,  permettant à tous d’apprécier la  vue panoramique qu’offre le trajet de Montagne-Longue-Ébène ou celle d’Ébène-Port-Louis ou encore la route côtière de l’ouest. Elle nous permet aussi de capturer des images insolites, les prouesses des conducteurs imprudents ou encore des scènes de bagarre. À titre d’exemple, en 2016, un automobiliste avait capturé l’image d’un van qui s’était dérapé à Vacoas dû à l’imprudence du chauffeur.

Ainsi, des images de conduites dangereuses sont régulièrement envoyées  à la police afin de sévir contre ses quelques poignets d’automobilistes qui mettent la vie d’autrui en danger. Même si la police se dit choquée de voir ces images, elle espère que de telles images inciteront les autres automobilistes  à réfléchir à leur style de conduite, comme modérer la vitesse, emprunter à temps les voies de présélection, veiller à toujours pouvoir freiner pour un obstacle entre autres.

Est-ce vraiment utile?

La Dashcam est répandues dans des pays tels que la Russie, Hong Kong ou encore Singapour. Elle désigne souvent efficacement la partie en tort dans un accident. Dans certains cas, elle joue un rôle très important dans les dossiers des compagnies d’assurance, qui sont désormais, submergées par des vidéos enregistrées au volant. En cas de contestation entre les parties impliquées, les images de l’accident peuvent permettre de trancher. Idem si des voleurs s’introduisent la nuit par effraction dans un véhicule équipé d’une caméra. Au Royaume-Uni, des compagnies d’assurances offrent aux automobilistes, qui ont installé une Dashcam, une remise sur les primes pouvant atteindre 12,5%.

Cependant certain pays n’acceptent pas cette pratique. En Grèce par exemple, on risque une forte amende si on est équipé d’une Dashcam. Alors qu’au Portugal et en Espagne, une autorisation est aussi nécessaire. Chez leur voisin Français, l’usage est autorisé pour autant que la visibilité du conducteur ne soit pas compromise et que l’utilisateur ne partage pas d’images de personnes privées sans avoir demandé leur autorisation.

 

Usage autorisé à Maurice?

En 2014, la police s’était dotée de cette technologie pour mieux évaluer les apprentis chauffeurs. Sous l’appellation de Road Eye, la camera est placée sur le tableau de bord du véhicule lors des examens pour l’obtention des permis de conduire. Elle est aussi dotée d’un micro et d’un GPS. Le but été  d’augmenter la transparence et de diminuer les risques de corruption. Suite au succès de cette pratique, la police a fait l’acquisition de 50 nouvelles caméras qui viennent s’ajouter au Road Eye Project. Certain remplaceront les quelques caméras défectueux, nous indique une source autorisée de la police.

Que dit la loi ?

Pour ceux qui aiment filmer leur trajet et partage les images sur le net, la question de vie privée peut causer un  problème dans notre cadre légale. Si on conserve chez soi les images, du trajet, l’usage des vidéos doit être limité à des fins personnelles ou dans le cercle familial. La législation vie privée ne s’applique que si les images sont diffusées, notamment sur internet. Dans ce cas, une autorisation de celui qui a été filmé est nécessaire. Dans le milieu concerné on conseille donc, « To be on the safe side », de respecter la vie privée en masquant les yeux et les plaques d’immatriculation lorsque les vidéos sont diffusées sur les médias sociaux.

Images inutilisable pour la police ?

Selon notre source, la cour peut rarement utiliser les images comme preuve. Dans certains cas, seule la plaque d’immatriculation suffit pour dénoncer un automobiliste qui commet une infraction. Cependant si quelqu’un veut utiliser des images vidéo comme preuve, il est impératif que la personne se présente en cour pour en témoigner, « ce qui est rarement le cas, » souligne-t-on. Mais pourquoi la police peut-elle utilisée ses images vidéos en cas d’effraction alors que si quelqu’un le fait comme action citoyenne cela est rarement acceptable ? La réponse de la police est catégorique. « Dans les régions où la police enregistre les images vidéos, des panneaux d’indications précise que la zone en question est sous surveillance vidéo et on ne peut pas enregistrer les images sans cette notification, » nous indique-t-on.

La Dashcam a-t-elle un impact sur les plans d’assurance véhicules à Maurice?

Si à l’etranger les assureurs offrent des remises aux conducteurs à condition qu’ils installent une Dashcam pour ainsi faciliter les procédures, à Maurice on en est pas encore là. Nous avons contacté les assureurs pour en savoir plus. La réponse est catégorique. Le fait de posséder une Dashcam n’impactera en aucun cas les offres sur les plans d’assurances.

Même du côté de Quantum Insurance, qui est la première société d’assurances à Maurice à offrir un service 100 % en ligne et direct, on estime que les données déjà disponibles suffisent à compléter les procédures. « La question de l’établissement des responsabilités lors d’un accident à Maurice s’appuie sur les preuves fournies entourant les circonstances de l’accident, compte tenu des nombreuses données déjà disponibles ; Constat à l’amiable, témoins et expertise », souligne Devesh Biltoo, Chief Operations Officer de Quantum Insurance.

Toutefois, il concède que les images vidéo peuvent bien venir en aide lorsqu’il s’agit de compléter les procédures en cas de réclamations. « L’utilisation d’une Dashcam  pourrait bien permettre d’avoir des preuves complémentaires qui faciliteraient l’établissement de toutes responsabilités lors d’un accident, car il arrive des fois où les assurés ne parviennent pas à reproduire exactement les circonstances d’un accident. Nous notons souvent que les formulaires de Constat à l’amiable sont pas adéquatement et correctement rempli par le conducteur lors d’un accident et en s’appuyant sur les enregistrements d’un Dashcam sur ce cas précis, aiderait les assurés dans un premier temps à mieux rapporter les faits du  sinistre et ainsi  permettre aux assureurs à mieux  cerner les causes et circonstances de l’accident. »

Ainsi on apprend que l’utilisation du Dashcam ne va pas veritablement changer le profil du conducteur par rapport à sa conduite mais permettra certes à son assureur en cas d’accident de mieux comprendre les risques associés à la cause et circonstance d’un accident. «Le plus grand nombre d’informations qu’un assureur peut réunir par rapport à la nature et circonstance des accidents lui permet d’affuter ses analyses  statistiques sur les causes et fréquences des accidents »,  précise-t-il.

Dashcam ou pas, l’utilisation de  ce gadget reste donc à l’appréciation de chacun.

D’où est venue l’idée de la Dashcam?

On peut voir cette personne courir vers la voiture…avant de se jeter subitement dessus pour faire croire à un accident

La Russie est l’un des plus grands acheteurs et l’un des premier pays à considérer la Dashcam dans le cadre légale. Les escroqueries organisées sont fréquentes en Russie. Les automobilistes russes sont régulièrement touchés par des arnaques. Les escrocs se jette sous les roues d’une voiture et font semblant d’avoir été percuté par une voiture. Pourquoi ? Pour essayer de soutirer de l’argent à l’automobiliste. Si le conducteur n’a pas de preuve que la personne s’est fait volontairement toucher par la voiture, alors il sera obligé de la dédommager via son assurance ce qui peut lui coûter cher. Du coup, les automobilistes préfèrent régler la situation à l’amiable en donnant directement du cash à l’escroc.

Transparency International, une ONG de lutte contre la corruption, conseille d’ailleurs, dans le cas d’un véhicule non équipé, d’enregistrer la conversation à l’aide d’un téléphone portable. Dans la plupart des cas, l’arnaqueur, en comprenant qu’il est filmé, fuit.

Ce que peut vous servir une Dashcam pour le moment

Oublions l’aspect légal et voyons ce qu’une Dashcam peut apporter comme avantage. Le premier avantage d’une Dashcam est la prévention. Se sachant filmer, tout conducteur est alors plus prudent sur la route. Cela permet donc de réduire grandement les risques d’accident. À l’inverse, si la partie adverse remarque votre Dashcam, il y a de fortes chances que celle-ci reconnaisse directement ses torts. Un petit coup de pouce qui peut vous éviter les longues procédures en cas de litige.

 

La Rédaction.

(Paru dans l’édition du mardi 15 août)

Why subscribe with us?

To subscribe to our e-magazine, simply insert your mail and click on the subscribe button.
By confirming your subscription, you will be notified when our free bi-monthly e-magazine is out.

Subscribe to our mailing list

* indicates required